Caramie's Zone

Blogue de critiques de films par Anna Li

3/23/2018

[Critique Cinéma] PACIFIC RIM: UPRISING

Critique par Anna Li ( )
☆☆☆☆Le conflit mondial entre les puissants monstres de destruction massive et les machines de combat puissantes pilotées par des humains et conçues dans le but d’anéantir les monstres, n’était qu’un avant-goût du terrible assaut contre l’humanité auquel on assiste dans PACIFIC RIM : UPRISING / Rives du Pacifique : La Révolte. John Boyega [The Last Jedi, Detroit, The Force Awakens] endosse le rôle de Jake Pentecost, un rebelle et prometteur pilote de Jaeger, dont le père est resté célèbre pour avoir sacrifié sa vie, assurant ainsi la victoire des humains contre le monstrueux « Kaiju. » Mais Jake a laissé tomber son entraînement et s’est retrouvé impliqué au sein du milieu criminel. Cependant, lorsqu’une menace encore plus redoutable s’abat sur nos villes et met le monde à feu et à sang, on lui offre une chance ultime de suivre les traces de son père, par l’entremise de sa sœur, Mako Mori [Rinko Kikuchi]— qui est à la tête d’une nouvelle génération de courageux pilotes ayant grandi dans l’ombre de la guerre. Alors qu’ils tentent de rétablir la justice, leur seul espoir est de s’allier dans une violente révolte contre les forces mortelles qui les menacent. Jake est rejoint par le talentueux pilote rival Nate Lambert [Scott Eastwood, The Fate of the Furious] et Amara Namini, 15 ans, spécialisée en piratage de Jaeger (la nouvelle venue Cailee Spaeny). Les héros du PPDC (Pan Pacific Defense Corps) deviennent alors sa seule et unique famille. Devenus une force de défense redoutable comme jamais, ils vont nous entraîner au cœur d’une nouvelle aventure absolument gigantesque. [Universal Pictures]  

Sorti dans les salles de cinéma en juillet 2013, Pacific Rim a généré mondialement plus de 400 millions de dollars au box-office. L’excellente œuvre coscénarisée et réalisée par Guillermo del Toro se démarquait par son style visionnaire, des décors somptueux, des combats grandioses, une atmosphère lugubre inspirée des films de monstres japonais et le côté humain des personnages (la compatibilité entre les copilotes pour être en mesure d’effectuer un « drift » lors d’une connexion neuronale occupait une grande place dans le récit).

Pour PACIFIC RIM : UPRISING, Guillermo del Toro a laissé sa place à Steven S. DeKnight (qui signe son premier long métrage en carrière) pour se consacrer entièrement à The Shape of Water, oscarisé il y a quelques jours. Résultat : ce nouvel opus s’apparente beaucoup plus à un film de Transformers qu’une véritable suite de Pacific Rim. Est-ce une bonne ou mauvaise chose? À vous d’en juger. Si vous n’aimez pas les films mettant en scène d'immenses « robots » qui bottent le derrière d’adversaires géants, PACIFIC RIM : UPRISING ne vous conviendra pas.

 10 ans après les événements de Pacific Rim, le monde se remet toujours de la dévastation causée par les Kaiju. Jake, le fils de Stacker Pentecost, le véritable héros de la guerre a joint les rangs d’une organisation criminelle pour vivre confortablement. Il sait et nous mentionne qu’il n’est pas du tout un héros. John Boyega (également producteur du film) qui arbore son véritable accent anglais dans l’interprétation du personnage donne une performance assez charismatique. Même si la plupart de ses dialogues sont similaires à ce qu’on entend dans les films de série B et que certains gags traînent en longueur, son charme rend le tout crédible. Jake ainsi que la totalité du reste des personnages sont sous-développés. Tous les « Cadets » sont peu mémorables, sauf pour Amara Namani qui a construit et opère un mini-Jaeger dont on peut voir les habiletés dans la première séquence d’action du film. Dans Pacific Rim, les personnages principaux étaient juste assez développés pour que le spectateur se soucie de leur sort. Ici, le public se souciera peut-être de Mako Mori, mais sa présence extrêmement limitée vient gâcher le tout.

L’intrigue prend quelque temps pour arriver au but et comporte quelques rebondissements. Évidemment, le spectateur ne regarde pas ce genre de film pour l’intrigue, mais bien pour les séquences d’action. Les Jaeger bougent plus rapidement. Ils ne semblent plus être aussi lourds tellement leurs mouvements sont fluides. Dans Pacific Rim, chaque mouvement était difficile et pénible pour les copilotes, ce n’est pas le cas dans cet opus. Les combats sont grandioses, spectaculaires et sont filmés de manière à ce qu’on puisse comprendre exactement ce qui se passe. Par ailleurs, la plupart des scènes ont lieu en plein jour, ce qui enlève malheureusement l’atmosphère lugubre instaurée par Guillermo del Toro dans le premier volet.

Malgré que ce ne soit pas aussi excellent que son prédécesseur, PACIFIC RIM : UPRISING livre quand même la marchandise. Si vous aimez les films popcorn tel que Transformers, ce film est fait pour vous! À voir sur le plus grand écran possible au cinéma!  
http://4.bp.blogspot.com/--_ythQp3aiw/UvR0Y2j11aI/AAAAAAAAAq8/zzozFJyXtA0/s1600/suivant.jpg> http://2.bp.blogspot.com/-z0HHSdoPc8o/UvR0Y_5yMQI/AAAAAAAAArA/njQJobr2YvU/s1600/blog.jpg http://1.bp.blogspot.com/-_Z7QMe2d39M/UvSASC4nZvI/AAAAAAAAArU/f0oltSQzSMk/s1600/home.png

Vous êtes le ...ième visiteur! Merci!!!

Article en vedette

HEREDITARY - Analyse et explications

Moi!

Moi!

Auteur: Anna Li

J'assiste souvent aux premières (tapis rouge) de films voici tous les articles reliés rédigés depuis les trois dernières années: Premières de films

Projections à venir

Logo :D

Logo :D