Caramie's Zone

Blogue de critiques de films par Anna Li

7/26/2015

[Fantasia2015] TURBO KID

Synopsis officiel
L’action se déroule en 1997 dans un monde parallèle qui a survécu à une apocalypse. The Kid, un adolescent orphelin récupère des reliques d'une époque où il faisait bon vivre (les années ‘80) pour les échanger contre de l’eau. Lors d'une de ses expéditions, il fait la connaissance d’Apple, une mystérieuse jeune fille détentrice d’un secret. Alors que leur relation évolue, ils tombent par hasard sur Zeus, le chef autoproclamé du monde post-apocalyptique. Zeus, un maniaque dépravé qui a tué les parents du Kid, contrôle toute l'eau douce. Lorsque la gang de Zeus enlève Apple, The Kid s'associe à Frédéric, le leader laconique du légendaire « Clan des bras-de-fer ». Avec en main à peine plus que sa foi aveugle et une ancienne arme de turbo, Le Kid doit accomplir son destin : détruire Zeus, venger la mort de ses parents et obtenir la fille de ses rêves.
Critique
TURBO KID est le fruit d'une collaboration Nouvelle-Zélande/Québécoise réalisé par le collectif Roadkill SuperStar (RKSS). Il est inspiré de T is for Turbo, le court métrage qui avait obtenu le plus de votes du public lors du concours ABC of Death il y a quelques années. Le long-métrage se veut être un hommage aux films des années 80, en particulier Mad Max. 

 Ceci est le futur, nous sommes dans un monde post-apocalyptique en 1997 où des pluies acides ont ravagé la terre. Un Kid parcourt les limites des terres perdues à la recherche d'artefacts des années 80. Ces objets, il va les échanger contre des bouteilles d'eau potable, devenue une ressource rare. Le Kid est un adolescent, fan des bandes-dessinés de Turbo Rider. Il espère un jour devenir un héros comme lui. Il est orphelin depuis que ses parents (joués par Anouk Whissell et François Simard, deux des réalisateurs) ont été assassinés sous ses yeux. Durant près de dix ans, il est parvenu à survivre, seul, dans la désolation. Un jour, il rencontre Apple, une fille bizarre, curieuse, naïve, adorable et qui aime les trucs cool. Il lui dresse la liste des règles à suivre pour survivre comme de toujours avoir une arme et bouteille d'eau sur soi, toujours être à proximité d'un BMX pour pouvoir se sauver quand les choses se gâtent, etc. Malheureusement, elle se fait enlever et amener dans le repère de Zeus. Le Kid qui par chance trouve le costume et arme de Turbo Rider, doit s'aventurer dans la zone interdite pour la secourir...

Le  scénario du film, malgré sa simplicité est suffisamment efficace et divertissant pour capter notre attention du début à la fin. Bien que ce genre d'univers a été exploité dans plusieurs autres productions, TURBO KID réussit à se distinguer par sa créativité et l'originalité de son intrigue. Concernant le jeu des acteurs, chacun à réussit à bien camper son rôle et livrent une performance convaincante. Même si l'attitude très joviale d'Apple m'a un peu déconcertée et s'harmonisait moins avec le monde qui l'entoure, l'interprétation de la comédienne Laurence Leboeuf est juste et naturelle.

La chimie entre les deux comédiens principaux est évidente et certaines séquences m'ont semblé trop "cute", ce qui correspond moins à mes goûts personnels, mais ne ralentissent pas le dénouement et n'ont pas vraiment diminué mon intérêt. Évidemment, le scénario ne se concentre pas seulement sur la relation entre les deux. Si vous connaissez les RKSS, vous savez que le gore est présent dans leur film. Les scènes de décapitation, éviscération, démembrement sont bien réalisés. L'audience a beaucoup apprécié ces séquences sanglantes. 

Chacune des pièces musicales composée par Le Matos complète parfaitement le contenu visuel. Les mélodies ressemblant à ceux des jeux vidéos des années 80-90 ajoute a l'atmosphère old-school du film et stimule davantage l'intérêt du spectateur. 

La version que j'ai visionné comportait des sous-titres en français international, ce qui est un peu bizarre vu la nationalité des réalisateurs. Anouk Whissell a mentionné durant une conférence que cette version a été privilégiée en raison des souvenirs que ça évoque pour les québécois ayant grandit dans les années 80-90 (Les films étaient doublés en français international.)

Même s'il n'a pas bénéficié d'un budget considérable, ce film m'a épatée par sa qualité visuelle. Les décors évoquent parfaitement l'univers post-apocalyptique dans lequel se déroule l'action et apporte de la vraisemblance à l'histoire. On peut réellement croire que les personnages évoluent dans un monde dévasté et sans ressources.  Par ailleurs, l'accoutrement des figurants (dont je faisais partie) était rudimentaire et reflétait bien notre appartenance au clan de Zeus. 

Pour conclure, TURBO KID est une réussite québécoise dont nous pouvons tous être fiers.



http://4.bp.blogspot.com/--_ythQp3aiw/UvR0Y2j11aI/AAAAAAAAAq8/zzozFJyXtA0/s1600/suivant.jpg> http://2.bp.blogspot.com/-z0HHSdoPc8o/UvR0Y_5yMQI/AAAAAAAAArA/njQJobr2YvU/s1600/blog.jpg http://1.bp.blogspot.com/-_Z7QMe2d39M/UvSASC4nZvI/AAAAAAAAArU/f0oltSQzSMk/s1600/home.png

Vous êtes le ...ième visiteur! Merci!!!

Article en vedette

HEREDITARY - Analyse et explications

Archives

Moi!

Moi!

Auteur: Anna Li

J'assiste souvent aux premières (tapis rouge) de films voici tous les articles reliés rédigés depuis les trois dernières années: Premières de films

Projections à venir

Logo :D

Logo :D